Soirée débat organisée par la CGT à Lille autour du film Le prix à payer

Vendredi 20 février 2015, à l’initiative de la section CGT des Finances publiques Nord, était organisée une soirée débat à l’occasion de la projection du film « Le prix à payer » au cinéma Majestic à Lille. Un film réalisé par Harold Crooks, et co-écrit avec la fiscaliste et spécialiste des politiques fiscales Brigitte Alepin.

70 personnes ont ainsi pu débattre avec Eric Bocquet Sénateur du nord et auteur d’un rapport sur l’évasion fiscale, Alexandre Derigny (Secrétaire général adjoint de la fédération des finances CGT) et Laurent Perin (Inspecteur vérificateur et Secrétaire CGT Finances publiques Nord).

Ce film expose les dérives abjectes d’un système économique n’ayant pour seul pour but que de garantir toujours plus de profits aux plus riches et aux plus puissants au détriment de l’ensemble des populations.

A côté des militants de la transparence financière et d’économistes médiatiques comme Thomas Piketty, Harold Crooks a interrogé des représentants de la très officielle OCDE mais aussi retrouvé de nombreux acteurs plus ou moins repentis de la bulle financière des paradis fiscaux...

Harold Crooks est connu pour ses documentaires tel que « The Corporation » (2003), mais aussi « Surviving Progress » (Survivre au progrès – 2011).

Brigitte Alepin est une fiscaliste canadienne ; Elle est connue pour son ouvrage « Ces riches qui ne paient pas d’impôt ». En 2010, elle écrit « La Crise fiscale » qui vient dans lequel elle explique pourquoi le contexte de l’époque est propice à la venue des crises fiscales. Ce livre a inspiré le documentaire.

Les échanges avec la salle ont surtout mis en évidence la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique. Les intervenants ont insisté sur les politiques alternatives permettant de replacer la finance au service de la société et non le contraire.

Parmi les pistes évoquées :

  • Renforcer les moyens législatifs, humains et matériels pour lutter contre la fraude ;
  • Établir de véritables règles de transparences afin de mettre fin aux paradis fiscaux ;
  • Harmoniser la fiscalité en Europe pour les entreprises ;
  • Mettre en œuvre une réforme fiscale plus juste.

L’apathie des peuples et le manque de révolte vis à vis des pratiques systématiques d’évitement de l’impôt qui brisent le contrat social ont été également au cœur des débats. Même si le niveau de connaissance de ces pratiques à changé, elles sont connues et sont insupportables. Malgré cela on constate trop peu de réaction des peuples. C’est donc la question de la stratégie des luttes qui a été posée. Comment organiser l’unité d’action de l’immense majorité de la société face à une infime minorité unie et déterminée à défendre ses propres intérêts ?